ALF, AMAZONE A FRONT BLEU

En mai 2007, Alf m'a été proposé par quelqu'un qui ne pouvait plus le garder et qui cherchait une personne de confiance pour s'occuper de lui.

Je savais vaguement à quoi ressemblait un amazone sans vraiment trop le savoir.
J'ai donc vite cherché sur Internet avant de me rendre chez les personnes.

Nous y sommes allé avec mon mari - pour un perroquet, il vaut mieux avoir l'accord de la famille qui va devoir vivre avec !! - et bien sûr, Alf est revenu avec nous.

Alf doit avoir un peu plus de 18 ans, il est apprivoisé en partie, il cherche à manger à la main, et se laisser gratouiller, mais uniquement par un homme. Son chouchou humain était un homme. Mon mari est arrivé assez facilement à lui donner rapidement à manger et à le caresser. Pour moi, cela a été beaucoup plus long et ce n'est pas acquis.
Alf vient chercher à manger dans ma main, accepte et réclame même des caresses, mais à la première occasion, hop, je te donne un coup de bec !! çà fait mal, je peux vous le garantir.

Mon mari arrive à le sortir de la cage, mais Alf a peur, donc retour cage.
Il sait se faire remarquer. Quand Jean-Marc rentre du travail, les chiennes aboient et Alf crie à tout rompre jusqu'à ce qu'il voit Jean-Marc et qu'il reçoive sa caresse. C'est d'une intelligence pas possible !! Il a compris comment faire  !!

Il est relativement calme, mais sait se faire remarquer pour qu'on s'occupe de lui surtout maintenant avec la concurrence des 3 Gris du Gabon, sauf que ce n'est qu'à lui qu'il doit s'en prendre d'avoir autant de concurrence !!

A force de me faire pincer les doigts, je me suis sentie frustrée avec cet oiseau. J'avais beau lui parler, le nourrir, m'occuper de lui, être à ses petits soins, Monsieur préférait mon mari, alors j'ai décrété que je voulais un Gris du Gabon. J'en voulais un depuis longtemps, mais je n'ai jamais osé faire le pas.

Et voilà que grâce à Alf, Démon, Pipo et Petit Boule sont arrivés chez nous.

Pour Alf, je vous rassure cela se passe mieux, il en arrive même à me quémander de la nourriture ou des caresses courant de la journée. Depuis peu, il met sa patte sur ma main !! tout un progrès pour lui.

Pour la parole, Monsieur ne veut pas, pour lui c'est superflu. Je m'étais amusée à lui faire dire quelques mots simples, il sait dire "oh" "ah", "un", "coquin" mais il faut constamment redire les mots sinon il ne fait pas l'effort et lui donner une récompense. "Coquin", je l'ai entendu une fois, c'était un mot fétiche de Démon. Alf peut encore dire d'autres petits mots, mais faut pas trop lui demander ... il sait aboyer et miauler et bien sûr crier ... çà vaut son pesant d'or quand il s'y met, cela ne dure pas.

C'est un superbe mâle qui peut être d'une grande gentillesse quand IL le veut bien ! donc je me méfie encore un peu.

C'est le premier à qui je dis "bonjour" le matin et c'est le dernier à qui je dis "bonne nuit" le soir et mine de rien, il attend ce petit passage parce que bien sûr, il reçoit une friandise supplémentaire à ce moment-là (sauf le soir). Donc il a le choix entre du Kellogs et un petit gâteau, et c'est lui qui décide ce qu'il veut, c'est à la manière de regarder les boîtes que je sais ce qu'il veut.

Il est très intelligent et a parfaitement compris le système de la maison. Je trouve qu'il s'est facilement acclimaté à son nouveau lieu de vie. Il n'a pas peur des chiennes.

Et un petit secret entre nous : il sent bon, c'est le seul oiseau qui dégage cette odeur.

Nouvelles plus récentes : 31 décembre 2008

Alf s'est bien intégré à notre vie familiale. Il a pris ses habitudes. Sa sortie c'est le soir, dès que mon mari regarde la télé, alors il se manifeste en secouant la porte de sa cage. Il va sur la main de mon mari pour sortir, puis il vole sur la table où l'attendent des cacahuètes, des kellogs et un yaourt vide qu'il adore déchiqueter. Il se promène sur le canapé où il joue avec les morceaux de bois, on a droit à de belles roucoulades de sa part et quand il en a marre, c'est hop direction cage. Sa sortie est relativement courte, maxi une heure. C'est son choix.

Démon, le Gris du Gabon
Retour au sommaire